effusio

 

Carolina Restrepo

Née à Caracas en 1979 dans une famille colombienne, Caracola grandit dans plusieurs pays d’Amérique latine au gré des activités successives de son père, artisan imprimeur et de sa mère styliste. Elle étudie les beaux-arts, les arts appliqués et le design à l’Institut universitaire Talavera, au Venezuela.
Elle travaille parallèlement à son cursus académique en collaboration avec des designers de mode (Erwin Blossfeld, NYC et Eylin Varela, Madrid), réalise et produit un film documentaire et une étude monographique sur l’héritage des signes précolombiens dans le design vénézuélien ainsi que divers clips musicaux.
Diplômée en design et publicité, elle dirige successivement plusieurs agences de communication visuelle, se voit confier la direction artistique de nombreuses revues, locales ou prestigieuses ainsi que de divers évents et festivals. Créatrice indépendante, elle trouve sa place dans les avant-gardes frénétiques des capitales latino-américaines, est amenée à collaborer avec des partenaires variés tels que le Ministère de la Culture du Venezuela et se distingue pour ses illustrations de publications pour enfants.
Co-fondatrice de la compagnie de danse contemporaine Puropie et enseignante à l’Ecole Nationale de Danse, elle construit des travaux visuels posés en équilibre sur la frontière du regard et du mouvement et dans ses recherches personnelles, comme pour prendre distance du folklorisme tant exporté de l’art caribéen, développe un langage minimaliste et urbain qui semble vouloir replacer le rêve et la magie au centre de nos réalités quotidiennes. Ses images, qu’elle qualifie de « résumistes » viennent à force d’épure, réinventer les codes visuels de l’effervescence des villes du Sud et, armées d’une fausse ingénuité, semblent affirmer pour le spectateur le pouvoir onirique comme un combat à mener en toute impertinence dans l’agitation violente et le désordre culturel que sont les tropiques d’aujourd’hui. Elle touche en ce sens à une sorte d’universalité des signes, qui sans avoir l’air d’y toucher, propose un regard neuf et empoigne les travers de notre monde devenu trop étroit et trop représenté.
Ses sculptures paraissent resurgir comme par enchantement de la mémoire des artisans du chiffon et autres marionnettistes de l’âge d’or du réalisme-magique sud-américain. Ces êtres semblent se tenir au milieu de nous de leur propre volonté et leurs traits, à la fois typés et universels viennent nous interpeller et troubler nos représentations du corps et de l’humain sans nous révéler jamais s’ils sont la réminiscence d’un passé mythique et noble, le fruit de rituels occultes et exotiques ou la vision indiscutable d’un avenir magique et apaisé.
Actuellement établie en Suisse, Caracola dirige une agence de graphisme et de communication visuelle et poursuit conjointement ses recherches artistiques au fil de régulières expositions et évents, à titre personnel, ou au sein de plusieurs collectifs, entre Amsterdam, Berlin, Caracas et Londres.
Jacobo de la Cruz
Independant Art Reviews